Le Courrier des Restos – Avril 2020

6 avril 2020

Chers tous, Voilà déjà plusieurs semaines que nous vivons une période autant inédite que stressante, elle a bouleversé notre façon de vivre et d’échanger. Je sais cette situation compliquée pour vous et votre entourage. Le confinement n’est pas dans notre nature, et peut apporter beaucoup d’angoisse. En ce qui concerne le bénévolat, le confinement nous oblige à changer […]

Chers tous,

Voilà déjà plusieurs semaines que nous vivons une période autant inédite que stressante, elle a bouleversé notre façon de vivre et d’échanger. Je sais cette situation compliquée pour vous et votre entourage. Le confinement n’est pas dans notre nature, et peut apporter beaucoup d’angoisse.

En ce qui concerne le bénévolat, le confinement nous oblige à changer notre façon de faire. Nous avons dû nous adapter, et agir par étapes prioritaires. La première action importante a été de mettre les bénévoles de 70 ans et plus en retrait pour des raisons de sécurité sanitaire. Sachez que pour moi, cela a été très dur de demander à ces bénévoles concernés de rester chez eux, mais les choix sécuritaires ne se discutent pas.

Les premières conséquences de cette crise sanitaire sur l’ensemble du département commencent par la fermeture de trois centres de distribution pour une probable contamination. Ceux-ci pourront ainsi ouvrir à nouveau après une mise en quarantaine. À ce jour, 16 centres sont ouverts ou en passe de l’être, et je remercie très chaleureusement tous les bénévoles et salariés qui permettent cette action quotidienne. L’atelier et chantier d’insertion (ACI) des Jardins du Cœur à Bayeux sont actuellement fermés, les salariés viennent tous les jours à l’Entrepôt départemental à Caen où le travail ne manque pas.

Certes, nos distributions sont bouleversées, seule l’aide alimentaire est maintenue. Notre chère vie associative, la convivialité du « coin café », le vestiaire, l’accueil ou encore l’écoute sont pour l’instant repoussés de plusieurs semaines, la distribution en sacs nous replonge quelques années en arrière et ne facilite plus l’échange si essentiel à la synergie de notre action.

Dans cette période, le positif émerge toujours, il est présent aujourd’hui par une belle solidarité entre nous, mais également une solidarité entre les associations du territoire, en effet, une interconnexion des besoins nous a incité à travailler ensemble. Nous avons apporté de l’aide alimentaire dans les squats d’Hérouville-Saint-Clair et du quartier Grâce de Dieu, ainsi que dans diverses associations comme : La Croix-Rouge, Trait d’Union, 2 Choses Lune, Agoraé, Revivre, La Boussole ou encore les CCAS. Nous avons également fait des livraisons à domicile quand les bénéficiaires étaient dans l’incapacité de se déplacer. Nos relations n’en seront que meilleures après cette triste période.

Cependant, un problème reste récurrent, celui des protections individuelles comme le manque de masques. Livrés à nous-même, nous avons eu recours à des fabrications artisanales avec le concours de bénévoles. Toutes nos demandes (préfecture, Conseil régional de Normandie, etc.) sont restées vaines. L’association Nationale des Restos du Cœur n’est toujours pas en capacité de nous fournir pour l’instant. Quelques visières nous ont été offertes par un particulier, malheureusement pas assez pour alimenter tous les centres, mais d’autres normalement suivront.

En conclusion, gardons notre moral et notre dynamique, et surtout respectons les gestes barrières et le confinement, car cela conditionne la durée de cette pandémie qui a déjà fait beaucoup trop de dégâts.

Merci de votre engagement, et surtout prenez bien soin de vous et de votre entourage.
À bientôt, »

Philippe Marie
Président des Restos du Cœur du Calvados.